29/08/2005

...Le temps...

Le temps toujours entre deux instants

Entre deux regards, il est fuyant.

On ne peut l’arrêter ni ne le remonter

Il s’étend, se marque.

Il est présent mais insaisissable.

On peut

Le représenter, le penser, le rêver

Mais on ne peut le garder.

Comme il me semble long

Il passe au rythme des pleurs, des rires

Jamais il ne choisit une heure plutôt qu’une autre

Indécis, instable

Le temps toujours entre deux instants.


12:29 Écrit par Perle | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

26/08/2005

...Evasion...

 

Un petit bout de chez moi,

Ce que je vois tous les matins en ouvrant les tentures,

Ou en les fermant.

C’est le paysage dans lequel mon esprit se perd,

Quand je rêve à plus loin, à plus bas,

Quand je pense à eux…  :-)


16:09 Écrit par Perle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/08/2005

...Douceur...


 
Douce tristesse...
D'un rêve achevé...
Légers souvenirs...
D'une belle journée...
Belle amitié...
Appellée à naître...
Discret sourire...
Accroché à mes pensées...
 
Une histoire folle, impenssable, impossible...
 
Le ciel, comme mon coeur, gardera ton nom inscrit en lui...
 
Bisous Ptishampi ;-)
 

17:57 Écrit par Perle | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

17/08/2005

... Sud-Est français/ Nord-Est belge...

Le temps aurait du s’arrêter le 14 août

Mais rien n’a changé et les minutes se sont fait plus longues.

Les pays auraient du être plus proches

Mais rien  n’a changé et les kilomètres se sont fait plus longs.

 

Et moi, entre ciel et terre, entre vie et mort, entre France et Belgique

Je cherche, je cherche du bout des doigts, du bout des lèvres,

Ta main, ton cou, que je ne peux toucher, embrasser…

 

Mon esprit s’embrouille, les mots ne veulent plus rien dire,

Succession de syllabes qui me font tourner en rond,

Tout ça pour te dire,

Je t’aime à m’en ouvrir le cœur, je t’aime à m’en lacérer les bras, je t’aime à en mourir.

13:13 Écrit par Perle | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

15/08/2005

...14 Août...

 

Comme un goût de trop peu

Un manque, un vide que tu as comblé le temps d’une journée.

Comme un goût d’amour

Une sensation, une réalité que tu as glissée en moi.

Comme un goût de vie

Une envie, un désir d’être avec toi encore une fois.

Comme un goût d’espoir

Un rêve, un songe devenu vérité aux creux de tes bras.

Comme un goût de trop peu

Un manque, un vide que tu as comblé le temps d’une journée.
 
Je t'aime...

14:52 Écrit par Perle | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |