27/03/2006

...Après...

 
Le silence après les cris
La paralysie après la frénésie
Les idées se battent, s'entre-tuent
Les mots s'enchaînent, se retournent
Le mutisme après la folie
La nuit après l'envie.
 
Je réfléchis à ce que j'ai fait, à ce qui aurait pu arriver
Je me dis que j'ai eu de la chance, que ça pourrait être pire

Je me rends compte qu'ils ont raison, qu'ils disent vrai.

 

J'ai mal, j'ai peur, je suis fatiguée.

17:29 Écrit par Perle | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

18/03/2006

...Fumée...

 

Cette brume douce-amère

Ce voile autour de mon âme

Je marche perdue, égarée

Il n’y a plus que le son de vos voix qui me retient ici

Cette envie de me laisser submerger

D’être ensevelie par la fumée

Je pleure, je crie

Il n’y a plus que cette promesse qui me garde en vie

Cet espoir d’une nouvelle étreinte, d’un « Tu m’as manqué, je t’aime »

 

Trop de mots, trop de mal

Mais je vous aime et je t’ai juré.

 

Perle se demande quand va revenir ne serait-ce qu'un grain de lumière...

14:04 Écrit par Perle | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

12/03/2006

 ...Encore...

 

Encore une entaille, des larmes,

Le nuage s'est évaporé, bienvenue dans la réalité.

Encore ce refus d'aimer, de pleurer,

Les illusions s'effacent, l'innocence trépasse.

Encore ce mal, ce vide qui m'assaille,

Cette envie d'oublier.

09:23 Écrit par Perle | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

09/03/2006

...Tu me manques...

 

Ces sentiments, toujours a demi-mots

Cette discussion que l’on ne finira jamais

Mes mains tendues dans le vide, vers toi

Les autres, le monde et au milieu, nous

Il n’y a pas d’explications, pas de solutions

Tiraillés entre ici et là bas, entre ce qu’on peut, ce qu’on ne peut pas

Nos vies si distantes et si semblables

Nos corps si éloignés et si accordés

Ta voix que jamais je ne pourrais oublier

Ce jour pour toujours gravé.

 

Tu me manques…

20:16 Écrit par Perle | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/03/2006

...Jamais assez...

 

Jamais assez de nous,

De nos étreintes, de nos rires et de nos jeux.

Les nuits passent trop vites.

Jamais assez de toi,

De tes bras, de tes lèvres et de tes mots.

Les jours sont trop courts.

 

Les sentiments nés si rapidement.

Nos corps confondus si tôt.

Encore et pour toujours…

 

Jamais assez de nous.

 

Je t’aime.

10:09 Écrit par Perle | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |